Castel Comtal


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 De l'écu

Aller en bas 
AuteurMessage
nebisa
Reine de France
Reine de France
nebisa

Nombre de messages : 3526
Age : 37
Ville IG : Bourganeuf
Date d'inscription : 11/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: De l'écu   De l'écu EmptyLun 3 Sep - 16:16

La forme de l'écu


L'écu a revêtu différentes formes suivant son origine ou sa destination. Sa surface est divisée en neuf partitions. Le coté droit de l'écu (dextre) correspond à la gauche de la personne qui le regarde. Il en est de même pour le coté gauche (senestre). De par sa forme, nous savons si les armoiries de l'écu a des origines françaises, suisses, allemandes...

  • Blason italien :
    De l'écu Italie10
  • Blason espagnol :
    De l'écu Ibere11
  • Blason Français (moderne)
    De l'écu Franca10
  • Blason Français (ancien) :
    De l'écu Franca11
  • Blason Anglois :
    De l'écu Angloi10
  • Blason des Dames :
    De l'écu Dame10
  • Blason des Damoiselles :
    De l'écu Damois10


Les divisions de l'écu


De l'écu Vocabu10

_________________
De l'écu Sansfo11


Dernière édition par le Mer 3 Oct - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Reine de France
Reine de France
nebisa

Nombre de messages : 3526
Age : 37
Ville IG : Bourganeuf
Date d'inscription : 11/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyLun 3 Sep - 16:18

Aux esprits curieux, sauriez vous trouver des exemples de blasons arborant les formes précédentes ? Dans les hérauderies de nos voisins par exemples !

Attention, j'ignore s'ils sont aussi développé que chez nous !

_________________
De l'écu Sansfo11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice
Sérennisse
MarieAlice

Nombre de messages : 3252
Ville IG : alors ça... ça dépend beaucoup
Date d'inscription : 03/04/2006

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyLun 3 Sep - 16:22

De l'écu Blasonespagnelr4

Blason de l'Espagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domainedeymoutiers.positifforum.com
nebisa
Reine de France
Reine de France
nebisa

Nombre de messages : 3526
Age : 37
Ville IG : Bourganeuf
Date d'inscription : 11/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyMar 4 Sep - 17:16

Pour cloturer le chapitre sur l'écu, je vous propose un blason complet avec tous ces ornements !

Les blasons de cette sorte sont dit "blasons d'apparats"

Comme vous le constaterez, on les voit rarement arboré ! Dés que j'ai le temps je sortirai les quelques tenants en ma possessions pour vous les montrer. Ils sont peu nombreux mais bon... j'ai du mal à en dénicher !

De l'écu Comple10

_________________
De l'écu Sansfo11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio
Sérennisse
LLyr di Maggio

Nombre de messages : 318
Age : 49
Date d'inscription : 25/05/2007

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyMer 5 Sep - 1:29

Je precise que dans l'exemple donner le "heaume" n'est pas recevable dans les RR Smile (et je ne parle pas des lambrequins qui ont tendance à me herisser le poil, mais si eux sont tout juste toléré pour la haute noblesse)

Terrasse, supports (on appelel aussi Tenant (humain et humanoides), Supports (animaux), et...je ne sais plus pour les végétaux) sont reservés à la Haute Noblesse (à partir de Comte/duc donc), le Cimier n'a pas encore était défini dans les RR (donc vaut mieux eviter),

La Torque c'est comme le torcil : reservé aux chevaliers

Le reste est bon Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Reine de France
Reine de France
nebisa

Nombre de messages : 3526
Age : 37
Ville IG : Bourganeuf
Date d'inscription : 11/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyMer 5 Sep - 13:49

Moi j'aime bien les lambrequins... Rolling Eyes D'ailleurs si quelqu'un en a en noir et blanc...


Pour le cimier, chacun est particulier, animal le plus souvent, c'est le symbole ornant le heaume des chevalier. Ils servent ainsi à identifier la personne.

Pour les tenants :



De l'écu Sauvag10 De l'écu Lion_t10

De l'écu Lion_c10 De l'écu Dragon10

De l'écu Dragon11


et ... mes préférés !


De l'écu Blason10



D'autres existent bien sur, je vous invite à les rechercher !

_________________
De l'écu Sansfo11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alda
Sérennisse
Alda

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 07/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyVen 7 Sep - 23:46

Alda lève la main.

- Quelles sont les conditions pour l'utilisation des blasons d'apparat ? On a le droit de rajouter les tenants que l'on souhaite sur notre blason ? Faut il l'enregistrer à la Hérauderie ? Les tenants sont ils obligatoirement les deux même figures ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Reine de France
Reine de France
nebisa

Nombre de messages : 3526
Age : 37
Ville IG : Bourganeuf
Date d'inscription : 11/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptySam 8 Sep - 1:20

Alors... les tenants sont réservés à la haute noblesse, à partir de Duc et Comte donc . Pour les blasons d'apparat, comme le signale le Maréchal, l'usage des lambrequins et autres parrures est mal vu en public, d'ailleurs il parait que Touraine est allergique aux plumes et que c'est pour ça qu'il.. je m'égare... donc... il est conseillé de se limiter aux apparitions privées.

Par exemple, les loups de mon blason ne sont visible qu'à Ségur.

Les tenants ne sont pas enregistrés à la Hérauderie pour le moment, même si ceertains pensent que la constitutions de blasons d'apparat, pour les joutes notament, serait une agréable oportunité d'arborer cimiers, lambrequins et autres...

Les tenants peuvent être différent à gauche ou à droite, du moins en ai-je déjà vu de cette sorte.

Voilà ! J'ai tout bien répondu ?

_________________
De l'écu Sansfo11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alda
Sérennisse
Alda

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 07/07/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyDim 23 Sep - 22:45

Merci beaucoup pour toutes ces informations. Donc on se garde tout ça pour la cheminée pour le moment. C'est noté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilin
Ménestrel
lilin

Nombre de messages : 17
Age : 36
Ville IG : Shrewsbury, Stafford
Date d'inscription : 07/12/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyDim 20 Jan - 15:55

De l'écu Enteteag3

La forme de l'écu


En Europe, il semble que la plupart des boucliers aient été, jusqu'aux premiers temps de l'ère Aristotélicienne, de forme circulaire, plus ou moins ornés de figures ou de motifs géométriques mais dépourvus de signification héraldique. Le bouclier de type "Normand", en amande, apparaîtra à la fin du Xième siècle et sa silhouette tendra progressivement vers le triangle.

Devenu le support principal de ce qu'on appelait les signes permettant l'identification du combattant, l'écu ne put cependant, quels que fussent sa satille, sa forme ou son décor, assurer seul cette mission dans la confusion des grandes batailles. Les bannières, gonfanons, drapeaux fixés à des lances furent utilisés. Toutefois il n'était pas toujours possible, pour des raisons techniques de reproduire sur une étoffe flottante les motifs figurant sur la matière rigide d'un écu.

Arme défensive par excellence durant tout le Moyen Age, le bouclier ou écu évolua au gré des progrès techniques et militaires, perdit peu à peu ce rôle mais il conserva sa fonction de support d'armoiries. SOn contour manifestera des ambitions artistiques certaines.

Au XVème siècle, The English College of Heraldry fixa quatres formes pour les écus portés en le Royaume Renaissant Anglois:

  • 1. French (François Moderne). utilisée pour les nobles maisons,
  • 2. Lozenge (Losange). utilisée comme forme optionelle pour les dames, (exemple donné pour une dame commoner)
  • 3. Frank (François Ancien). utilisée pour les villes et les provinces
  • 4. Ornate (Ornement). utilisée comme forme optionelle pour les membres du Clergé (exemple donné pour un prêtre).


De l'écu Plain De l'écu Commoner De l'écu Plain De l'écu Priory


Au XVème siècle également, l'Herauderie Renaissante Françoise fixa deux formes pour les écus portés en le Royaume Renaissant François:

  • 1. François Moderne. utilisée pour les nobles maisons, les villes, les provinces et les membres du Clergé,
  • 3. François Ancien). utilisée pour les chevaliers


De l'écu Plain De l'écu Plain


The English College of Heraldry et l'Hérauderie Renaissante Françoise fixèrent également quelques règles dans le port des ornements extérieurs ou "mantling", l'équivalent aux lambrequins, manteaux, heaumes, supports, etc.

Sources: The English College of Heraldy, "Rules" et Lilin of Cassel


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 3:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilin
Ménestrel
lilin

Nombre de messages : 17
Age : 36
Ville IG : Shrewsbury, Stafford
Date d'inscription : 07/12/2005

De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu EmptyLun 21 Jan - 18:49

Les ornements extérieurs


Autour de l'écu, de nombreux ornements complètent les armoiries des seigneurs, signes:
  • de reconnaissance à la guerre et dans les tournois (cimiers et lambrequins),
  • précisant le rang (manteaux, casques et couronnes),
  • indiquant les distinctions reçues (ordres de chevalerie et de mérite),
  • portant témoignage de leur idéal (devises et cris de guerre)
  • renforçant le caractère somptueux de l’écu.

De l'écu Bob24dj


Les Casques et les couronnes

Dans l’armement défensif médiéval, le casque reste un élément vital, puisqu’il protège la partie la plus vulnérable du corps. Au XIème siècle, devant préserver le combattant des flèches qui sifflaient de toutes parts, il lui masquait la plus grande partie du visage, le rendant méconnaissable. Vers 1200, le casque au sommet aplati couvrant intégralement le visage fut substitué au casuqe conique. A partir du XIVème siècle, l’invention de la poudre, permettant de combattre l’ennemi à distance, restitua au casque une forme plus simple et adaptée au combat et au tournoi.

Jadis, le casque ou heaume qui timbrait l'écu était dessiné de profil. Au XVème siècle, l'Hérauderie Renaissante Françoise en interdit complètement l’usage.

Ornements fréquents en Héraldique, les couronnes marquent initialement la royauté. Puis du XIIIème au XVème siècle, elles se normaliseront en fonction de la hiérarchie nobiliaire (roi, prince, marquis, duc, comte, vicomte, baron, etc)
Au cours du XVème siècle en France, sous l'essor de Jehan de Volpilhat, Tristan de Salignac dict Biquette et tant d'autres..., l'expression du rang par la couronne est adopté. Elle devient alors le timbre indiquant son importance dans la hiérachie politique.

La couronne fermée, signe de souveraineté, est d'abord l'apanage du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae (Empire). Les rois des François adopte une couronne ouverte fleurdelysée. Enfin en 1455, l’Hérauderie Renaissante Françoise termina de donner à chaque titre de noblesse sa couronne :
  • couronne ouverte fleurdelysée pour le roy, les princes,
  • couronnes à fleurons pour les marquis et les ducs,
  • couronnes à perles pour les comtes et les vicomtes,
  • simples torcils pour les barons, les seigneurs et les chevaliers.

Les timbres des villes sont une couronne murale, crénelée et maçonnée surmontant le blason.

Les timbres écclésiastiques sont la tiare du pape, à trois couronnes superposées ; la mitre des évêques et des archevêques, accompagnée de la crosse et d'un chapeau : rouge pour les cardinaux, vert pour les évêques, violet ou noir pour les prélats. Le nombre des houppes latérales varie avec la dignité.

Les Cimiers et Lambrequins

Le heaume conique du XIIème siècle est constitué d’éléments métalliques assemblés dont le sommet offre un joint pouvant être mini d’ornements tels que crinières, plumes… Le heaume aplati se prête, quant à lui, à l’adjonction d’un décor plus complet : petits étendards, branches, cornes, le plus souvent assemblés en paires… Cette ornementation, destinée à faciliter la reconnaissance de l'identité des seigneurs sur les champs de batailles ou en tournois, est appelée le cimier.

Le cimier représente souvent le buste de l'animal qui figure sur le blason (lion, aigle...), ou encore, des ailes, des cornes, des plumes, motifs le plus souvent peint aux couleurs de l'écu. Au XIIIème siècle, les cimiers deviennent des emblèmes personnels et héréditaires en France. Dans les pays du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae (Saint Empire), ils servirent même de brisure. Malheureusement en raison de leur fragilité, peu de pièces complètes de cimiers ont résisté au temps.

Au XVème siècle, l'Hérauderie Renaissante Françoise en interdit complètement l’usage.

Derrière le casque, pour protéger le métal du soleil, le chevalier portait un couvre-nuque métallique. A cette pièce de métal inadaptée sous le climat torride du Moyen-Orient, les Croisés substituèrent une petite cape en étoffe plus légère et offrant une meilleure protection contre le soleil. Petite cape, qu'ils étaient fiers de ramener du combat tailladée par les coups.

De ces pièces de tissus plus ou moins longues, les artistes ont tiré un motif ornemental aux élégants effets de pliages et/ou de retombées nommés les lambrequins, qu’ils ont adaptés aux exigences héraldiques. Au XVème siècle, l'Hérauderie Renaissante Françoise en toléra l’usage occasionnel à la haute noblesse à savoir roi, prince, duc, marquis et comte (De plus en plus découpés à partir du XIVème siècle, les lambrequins IRL devinrent, avec la Renaissance, un élément décoratif assez proche des feuilles d'acanthe, aux couleurs du blason).

Les Ordres de Chevalerie et de Mérite

A l'époque des croisades et de la Reconquista, les chevaliers aristotéliciens se regroupent en Ordres caractérisés par la soumission à une règle, comme les Ordres religieux : l'Ordre de Santiago , l'Ordre Teutonique, l'Ordre des chevaliers francs, l'Ordre des templiers, etc.

Au XVème siècle, la puissance de ces Ordres conduisit le Roy des François à en prendre le contrôle (l'Ordre de la Licorne , l'Ordre du Saint-Esprit, etc) ou à défaut, à ne les autoriser en son royaume qu'après reconnaissance de sa part : l'Ordre des Chevaliers de l'Hopital de Saint Jean de Jerusalem, etc.

Par la suite, les souverains créent leurs propos Ordres de chevalerie et/ou de mérite, dits Ordre de cour, qu'ils contrôlent étroitement et dont ils font de plus en plus ouvertement un instrument de leur politique : l'Ordre de Saint Ouen (Ile-de-France), Ordre de l'Etoile (Ile-de-France), Ordre du Grand Couvain (Limousin-Marche), l'Ordre de la Salamandre (Touraine), l'Ordre de la Croix du Languedoc (Languedoc), l'Ordre des Champions du Poitou (Potou), l'Ordre de la Toison d'Or, (Bourgogne), l'Ordre du Chevalier au Cygne (Artois), l'Ordre de Sainte Illinda (Flandres), etc.

Dès le XIVème siècle, le titulaire d'un Ordre fait figurer dans ses armoiries, son collier autour de l'écu ou pose l'emblème de son ordre sur l'écu. Dans le cas où le titulaire possède plusieurs colliers, ils seront disposés sous l’écu en fonction de leur rang : le plus important à l’extérieur et le moins élevé vers l’intérieur.

Les Devises et cris de guerre

Les devises, inscrites sur un phylactère ou listel, sont des emblèmes figurant sur les armoiries complètes, au-dessous de l'écu. Elles révèlent en quelques mots le credo religieux (foi), politique (l'idéal) ou social (le tempérament) de son titulaire. Ces devises sont souvent personnelles et attachées à une dynastie ou à un Etat.

Les armoiries portent aussi, au-dessus du casque ou de la couronne, une banderole contenant un cri de guerre. Il était à l’origine un signal sonore destiné à se faire reconnaître ou à rallier sa troupe dans la cohue des combats ou dans l’obscurité : on criait alors le nom de son chef ou de sa Maison, où à des invocations dont l’origine est parfois très ancienne :
  • "Santiago!" (Espagne),
  • "Montjoye Saint-Denis!" (Roy des François),
  • "Vlaanderen denn Leeuw!" (Flandres au Lion),
  • "Plutôt la Mort que la Souillure" (Bretagne).

Les Supports et pavillons

A partir du XVème siècle, l'écu est encadré par des supports qui le tiennent et semblent le montrer. L'Hérauderie Renaissante Françoise en réserva l'usage à la haute noblesse à savoir roi, prince, duc, marquis, comte et aux offices royaux.

La plus grande variété existe parmis ces ornements, d'un effet essentiellement décoratif, mais qui sont également blasonnés. Leurs noms différents selon leur nature, ils sont appelés:
  • Supports, lorsqu'ils sont représentés par des animaux tel le lion et la licorne du Royaume d'Angleterre,
  • Tenants, lorsqu'ils sont représentés par des êtres humains, des anges,
  • Soutiens, lorsqu'ils sont représentés par des arbres ou des objets inanimés,

Sous leurs pieds, une terrasse leur sert d’appui et offre un endroit où placer un certain nombre de figures pour lesquelles l'espace manque ailleurs dans les armoiries. Sans la présence de ces ornements, aucune terasse n'est placé sous l'écu.

Au XVème siècle également (XVIIème siècle IRL), les souverains commencent à montrer leurs armoiries enveloppées d'un manteau ou pavillon, sorte de tenture parfois brodée de petits meubles, doublée d'hermine, accrochée à une couronne ou à un dais et servant de fond à tous les éléments composant les armoiries complètes de son noble propriétaire.

Le pavillon héraldique s’inspire des vastes tentes souvent utilisées par la noblesse contrainte à une vie tumultueuse et itinérante. Sous ces structures de toile, prenant parfois l’ampleur de véritables pavillons démontables se déroulaient rencontres officielles et négociations, dont la solennité était le prétexte d’un luxe parfois inouï.
Le manteau, pour sa part, est directement inspiré du tabard porté par les hérauts et reproduit généralement le contenu de l’écu sur ses parties latérales.

Au XVème siècle, l'Hérauderie Renaissante Françoise réserva l'usage du manteau aux Roy et pairs des François mais limita l'usage du dais au Roy et aux princes du sang.

Sources: Pierre Derveaux, "Blasons et Armoiries" ; Claude Wenzler, "L’héraldique" ; Jehan de Volpilhat Des ornements entourant l'écu et Lilin of Cassel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




De l'écu Empty
MessageSujet: Re: De l'écu   De l'écu Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'écu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Comtal :: Hérauderie du Limousin & de la Marche :: Salle des Enluminures-
Sauter vers: